de groodt stephane

Publié le 20 Janvier 2020

L'ivre de mots : Stéphane de Groodt

Beaucoup de littéraires aiment que les auteurs jouent avec les mots, leur accordant d'autres significations, se gargarisant de tournure de phrase, se réjouissant d'une syntaxe modifiable. Tout est prétexte au jeu et au sens que porte les mots.

 

Stéphane de Groodt offre encore son esprit taquin, vagabond, espiègle à ses lecteurs avides de bonheur phrastique. Le lecteur est introduit dès la première de couverture dans ce délire de mots.

L'auteur aborde avec suprématie une philosophie du ridicule avec un sérieux troublant. Il apprécie de jouer sur deux niveaux; celui du stupide qui découvre sa propre finitude et celui de l'intelligent qui se veut ignorant. Dans ce jeu, il redéfinit sa propre vision de l'existence avec ses propres limites. (celles qu'on s'impose à soi-même et celles que la société cadre).

 

Vous trouverez vos propres réflexions dans cet amas de mots. Amusez-vous à comprendre les subtilités de chaque raisonnement ou absence de raisonnement.

La lecture est juste jouissive pour les oreilles. 

Etre vivant ce n'est pas
avoir conscience
qu'on est en vie,
mais bien qu'on est mortel.

Le temps, c'est le vent qui se lève
et balaie les jours

Si la terre avait été carrée,
la vie n'aurait pas eu
que de bons côtés.

Voir les commentaires

Rédigé par toujoursalapage

Publié dans #2020, #De Groodt Stéphane, #L'observateur, #Humour, #jeux de mots

Repost0