bayard

Publié le 28 Juillet 2018

Le Manoir : Liam et la Carte d'éternité : Evelyne Brisou-Pellen

  Liam franchit les portes d'un manoir étrange. Déposé par un chauffeur de taxi peu loquace, Liam se trouve confronter seul à cette nouvelle aventure. Il rencontre le chef médecin peu emprunt à lui donner des explications sur le but de sa convalescence et l'absence de ses parents. Liam arpente les couloirs froids et mystérieux de ce lieu étrange voire bizarre. Même les autres patients semblent étranges emportant avec eux de lourds secrets. Et ces cris qui ponctuent ses nuits d'insomnie. Pourquoi les patients fuient-ils dès l'annonce de nouvelles venues?

 

  Ce manoir renferme le plus grand secret de la vie, mais lequel? Liam tente de fuir cependant toutes ses aventures se soldent par des échecs.

 

  Evelyne Brisou-Pellen aborde la mort de manière aventurière. Les jeunes ados comprennent plus tard que la mort a frappé. L'adulte le comprend rapidement. Liam n'a pas guéri de sa longue maladie. Il a rejoint ce manoir situé entre les deux mondes. Ce roman pose les vraies questions sur le devenir après la mort. Chaque patient livre sa vie et tente de résoudre le mystère de cet oubli. La mort frappe à tous les âges sans se soucier du sexe, du lieu ou du moment. Parfois elle emporte avec elle deux frères en culottes courtes, un professeur, une femme qui veut retrouver sa fille, une adolescente en souffrance et Liam. Le manoir devient aussi un personnage à part entière. Le fantastique cimente le récit.

 

  Cette série de romans se dévore très rapidement. Merci à une charmante ado qui m'a prêté cette pépite d'aventures. 

_ J'ai été malade pendant longtemps, ça m'a fait comprendre qu'on n'a qu'une vie et qu'il ne faut pas la gâcher. Ici, on participe à la recherche, dans une atmosphère très particulière, profitons-en. (Tiens, j'en ai pris mon parti?)D'ailleurs, depuis mon arrivée, je me sens mieux. Je ne me rappelais même plus qu'on pouvait se sentir aussi bien. Et sans médicaments ! Tu as été malade aussi ?

-Je crois qu'on sort d'ici que les pieds devant, pour gagner l'enfer ou le paradis. Et tous ceux qui ont disparu l'ont fait aussitôt après avoir parlé au médecin-chef. Alors motus et bouche cousue.

Je tendis la main vers la sienne. Elle ne le remarqua pas, mais moi, je le jure, j'eus l'impression de sentir sa peau. Après tout, dans cette atmosphère si particulière, l'imagination avait tous les droits !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Rédigé par toujoursalapage

Publié dans #Psit les d'jeuns!, #série, #ado, #Bayard

Repost0