alexandre jardin

Publié le 20 Août 2019

Les nouveaux amants : Alexandre Jardin

Quand un auteur de pièce de théâtre mêle avec succès et imprudence son existence réelle et son histoire fantasmée, le lecteur se trouve décontenancé, ne pouvant admettre les extrêmes de la passion dévoilée par des auteurs célèbres et la liaison de l'écrivain avec une professeure de français.

 

Alexandre Jardin met en scène la vie conjugale avec ces travers, ces absences de désirs effacés par l'usure du temps et des habitudes. Deux couples, qui ne se connaissent, s'affrontent sur la scène publique à travers la pièce qui s'écrit devant le lecteur. Oscar, auteur à succès, cherche le grand frisson auprès de Roses, qui sous des airs fragiles révèle un tempérament de feu.

 

Dans ce roman-théâtre, Alexandre Jardin poursuit sa réponse sur la passion amoureuse. Faut-il y succomber pour se sauver soi-même ou fuir pour se protéger? Les jalons de l'histoire sont posés. Pour pimenter le tout, Alexandre Jardin construit sa narration sur le mode de la création théâtrale. Cependant, la passion est souvent asservi par le quotidien, serait-ce le cas pour les deux amants ?

Ce que j'ai apprécié le plus demeure dans l'utilisation des mots pour engendrer la passion. La littérature comme catalyseur de la passion amoureuse!

Très belle prouesse !

Elle s'était laissé entraîner dans le sillage de son double masculin. L'effet miroir agissait. Roses Violente ne savait pas elle-même pourquoi elle l'avait suivi. Une seule certitude : ils étaient habités par les mêmes notions sentimentales passionnées, la même volonté d'une existence perdue dans celle de l'autre afin que l'air respiré ensemble soit à lui seul une jouissance.

Le sujet de l'infidélité qui fragilise tant les hymens devenait avec Roses un atout pour l'amour, un adjuvant, non une limite. La passion du coeur pouvait donc aller jusqu'à l'acceptation des désirs secrets de l'autre, jusqu'à prévenir chacune de ses envies, afin de le combler et de ne rien désirer d'autre que son contentement. La passion comme une succession de pages blanches, voilà exactement ce qu'il voulait, lui, l'homme épris de théâtre.

Le titre retenu par Oskar ne les laisserait certainement pas de marbre : Lettres à Sophie Volland, de Diderot. Livre hémiplégique - les lettres de Mlle Volland y font défaut - qui retrace la longue correspondance, plus de vingt ans, entre un Denis Diderot fiévreux et une Sophie Volland qui, par ces pages, pénètrent dans le panthéon des grands amants de la littérature. Ce livre plein de suggestions érotisées plongerait inévitablement Roses dans une effervescence sentimentale propre à pulvériser ses ultimes résistances. Oskar, bien présomptueux, en était certain. Les émotions incendiaires des héros de ce livre les feraient aller de concert vers la passion, voire l'élan physique qui se déduit de certaines émotions.

Voir les commentaires

Rédigé par toujoursalapage

Publié dans #Alexandre Jardin, #Roman, #Passion amoureuse, #Grasset

Repost0