Tuer le père : Amélie Nothomb

Publié le 22 Novembre 2011

 Y a quelqu'un qui m'a dit de lire

 

 Tuer le père d'Amélie Nothomb

 

 303Amélie Nothomb, reconnue pour son nombre impressionnant de romans édités, aborde cette fois la relation particulière entre un père et son fils ou inversement.

 Joe est un adolescent qui n'a pas connu son père et qui est rejeté par sa mère. Celle-ci le jettera à la porte pour conserver un amant de passage. Joe a une passion dans la vie : la Magie. Il s'entraîne, seul, dans sa chambre à faire des tours de cartes. Quand il se retrouve dans la rue, il ne lui reste que ce seul moyen d'existence. Il joue dans les bars et les hôtels. Il reçoit des pourboires qui lui permettent de subsister.

 Un jour, un homme le regarde différemment, lui accorde de l'importance. Il devient ce père tant attendu. Joe va suivre l'instruction de Norman Terence, le plus grand magicien de tous les temps. De cette union naîtra une fusion parentale, une découverte de soi. Joe fera des bêtises comme un jeune en évolution et Norman lui enseignera une idéologie, un travail.

 Parfois la magie est un moyen de tromper. Mais les dés ne sont-ils pas pipés d'avance quand l'un des deux joueurs triche depuis la première partie ?

 Amélie Nothomb touche à un pan de l'homme qu'elle n'avait pas encore abordé : la rivalité père/fils. Jusqu'où l'amour d'un père peut-il aller pour sauver un fils ? Cette auteur va jusqu'à expérimenter cette notion de fusion dans une relation qui n'est pas biologique. Ce qui rend la situation encore plus tragique. Les deux hommes se sont choisis. La violence des rapports est plus dure, plus diamétralement opposée. La souffrance de cette union est plus solide qu'un père biologique avec ce fils issu de son sang.

 Je pense qu'il n'était pas nécessaire qu'elle , Amélie Nothomb, apparaisse dans l'incipit du roman. Serait-ce pour elle un nouveau moyen d'attirer le lecteur dans son oeuvre? Je vous laisserai le choix d'y répondre.

 Amélie Nothomb choisit toujours avec exactitude le titre de ses romans. "Tuer le père" est le synonyme parfait de ce livre. Un fils doit mentalement tuer le père pour se construire, être le meilleur, le dépasser dans son domaine, pousser ce père dans ses plus lointains retranchements. "Tuer le père" est une éclosion de l'enfant vers l'âge adulte. Cette vision apocalyptique rejoint la notion de sigmund Freud concernant Oedipe :" aimer la mère et tuer le père."

 

Voici quelques citations tirées du roman :

 

" Les adieux sont sans état d'âme. La mère se soucie du fils comme d'une guigne. Le fils méprise la mère."

" - Le but de la magie, c'est d'amener l'autre à douter du réel."

" - Oui. Quand je lui enseigne la magie, il est tellement bizarre, presque effrayant. Il boit mes paroles et, en même temps, je sens qu'il veut me sauter à la gorge et me déchiqueter de toutes ses dents."

" - Je ne me plains de rien. Tu avais tellement besoin de tuer le père. Moi, ce que j'entends dans cet énoncé, c'est que je suis bel et bien ton père et cela me touche. Je suis venu pour te remercier."


Rendez-vous sur Hellocoton !

Rédigé par toujoursalapage

Publié dans #Y a quelqu'un qui m'a dit...

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
Je l'ai acheté quasiment dès sa sortie, ne connaissant guère l'univers d'Amélie Nothomb et voulant enfin le découvrir. Et puis d'autres bouquins ont eu ma préférence et "Tuer le Père" traîne<br /> toujours près de mon lit. Mais en lisant ton article, je me dis que je devrais m'y mettre car ça a l'air vraiment pas mal ! C'est fou comme des fois on a des a priori...
Répondre
T
<br /> <br /> Amélie Nothomb écrit des livres que l'on peut lire en une heure ou deux (max.200 pages ). C'est une petite détente sympathique. J'apprécie ces moments. elle aborde à chaque fois un autre thème.<br /> Ce n'est pas lassant.<br /> <br /> <br /> <br />