Slow Attitude : Sylvain Menétrey - Stéphane Szerman

Publié le 17 Juin 2013

 Y a quelqu'un qui m'a dit de lire :

 

" Slow Attitude, Oser ralentir pour mieux vivre" de Sylvain Menétrey et Stéphane Szerman

 

 IMG-copie-5Mes articles moins nombreux depuis quelques jours seraient dû à un mode de vie en totale opposition avec mes habitudes. J'ai testé la "slow attitude". La lecture de la dernière étude de Sylvain Menétrey et Stéphane Szerman a pallié à mon manque de connaissance dans le domaine.

 Ce livre prône l'idée que prendre le temps de vivre permet de comprendre aisément ce que l'on est. Il se saccade en plusieurs étapes et conceptions du terme "slow".

 "slow" est avant tout une philosophie de vie qui redéfinit l'homme face au temps. Il faut éradiquer l'idée que "Chronos dévore ses propres enfants". L'homme doit se réapproprier sa vie et accepter de reprendre le contrôle de son existence en perdant du temps. À l'heure où la vitesse et le mouvement accentuent l'idée que l'homme puissant est un homme qui bouge, la slow attitude paraît contradictoire et utopique.

 Des philosophes, des scientifiques et certains communs des mortels travaillent pour un monde moderne meilleur et positif.

 Les écrivains expliquent la naissance de cette philosophie et la déclinent sur le modèle de l'école, des finances, de l'architecture, de la ville.... Ils en démontrent aussi la finalité à propos de la "Cittàslow" ou d'autres pans de ce modèle de vie.

 Ce livre est très intéressant et les pensées sont justes et enviables. Le lecteur retient cette phrase que prendre le temps de ralentir c'est s'accorder du temps pour penser et aussi (certainement un excellent point) vivre et écouter l'autre.

 

 Voici quelques citations tirées de ce livre:

 

"[...] Mais ce sont les stoïciens qui ont insisté le plus vigoureusement sur la vertu de la modération. La position de Sénèque sur la richesse est très claire :"La meilleure mesure de la richesse, c'est sans tomber dans la pauvreté, ne pas s'en éloigner beaucoup." Il s'agit donc de mener une vie des plus simples et frugales, de s'abstraire le plu possible des désirs afin de parvenir à une forme d'apaisement et atteindre la sagesse."

"Bon, propre et juste, tels sont les trois critères de base de la philosophie Slow Food. On pourrait les résumer à la suite de Jean Lhéritier, ancien président de Slow Food France, de la manière suivante. Bon : c'est l'exigence de tout gourmet, la recherche du plaisir des sens? Propre : c'est aujourd'hui le souci de citoyens résolus à protéger la planète des menaces qui planent sur ses écosystèmes. Juste : c'est le droit reconnu aux producteurs d'exister et d'exercer leur activité dignement."

"Slow Éducation" blâme la pression trop forte qui pèse sur les élèves, l'absence de temps morts, de temps pour souffler, rêver, développer de nouvelles formes d'intelligence, des qualités humaines comme l'empathie ou la convivialité. D'autant plus que les élèves ramènent dans leur cartable cette surcharge à domicile avec les devoirs qui s'ajoutent à la tendance parentale à multiplier les activités extrascolaires de leurs enfants. L'agenda de ceux-ci explose. Leur emploi du temps semble témoigner davantage de l'angoisse de parents que d'un programme pédagogique raisonnable, qui laisse le temps aux apprenants d'assimiler de nouvelles matières, de découvrir la vie et les interactions humaines, de faire des expériences par eux-même et non pas seulement sous la direction des adultes."

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Rédigé par toujoursalapage

Publié dans #Y a quelqu'un qui m'a dit...

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article