"On m'a demandé de vous calmer" Stéphane Guillon

Publié le 28 Novembre 2010

Y a quelqu'un qui m'a dit de lire

 

"On m'a demandé de vous calmer" de Stéphane Guillon

 

002-copie-2 Je vous avoue que c'est un humoriste que j'écoutais, tous les jours, dans ma voiture, avec un grand sourire. Je pense que son humour faisait grincer beaucoup de dents. Je rejoins Fabrice Luchini quand il se désole durant l'émission "Le fou du roi" de l'absence de cet homme talentueux.

 J'étais persuadée d'avoir entre les mains, un  pamphlet qui allait m'expliquer avec rudesse les raisons de son renvoi. Mais ce livre est un recueil des textes qu'il nous incarnait avec brio, chaque matin dans la matinale du" 7-10". Ce sont ses satires qui ont mené à sa perte. Certaines vous feront sourire, même rire, d'autres vous laisseront perplexes mais aucune ne vous laissera indifférente. Je ne vous dirai que ces quelques mots: " A vous de juger ! "

 

Voici quelques citations tirées du recueil:

 

"Écrire des saloperies,c'est un entraînement, c'est comme le jogging: quand on s'arrête, c'est difficile de reprendre. Et puis moi, en vacances, je me "druckérise" complètement. Y a que ça qui me détend, je deviens gentil..."

" C'est sûr que le type qui n'a pas d'argent placé, il s'en fout ! Mon papier s'adresse aux gens qui ont de la thune...Les autres, les pauvres, pour une fois, respectez la souffrance des riches."

" Tout était prévu : il y a quinze jours, le pape nous a bénis, on était prêts à partir. Recevoir l'extrême-onction avant un krach boursier, c'est pas rien ! "

" En plus, pour tous les Français, célébrer les cinquante ans du Conseil constitutionnel, c'est hyper-important, c'est la priorité du moment ! La chute de la Bourse, les licenciements, la baisse du pouvoir d'achat, tout ça on l'accepte, du moment qu'on nous prive pas de cet anniversaire si important ! "

 " ça y est c'est fini, la crise est pratiquement passée, on respire ! On peut de nouveau faire des affaires, bourssicoter, s'en mettre plein les fouilles...Enfin, les riches !...Les pauvres, tant pis pour eux ! "

 " C'est glauque, c'est vrai. Le président du FMI qui trempe son biscuit comme un vulgaire VRP de province, ça fait de la peine ! "

 " D'autres plus enthousiastes encore scandent " Fraternité, fraternité",c'est le cas de la congrégation de " la Bravitude", une confrérie créée en 2007 sur la muraille de Chine."

 " Il y a comme cela des destinations à éviter. Gandrange par exemple, il y a un an Sarkozy promettait aux sidérurgistes que leur usine serait sauvée. Aujourd'hui, elle ferme. Faut surtout pas qu'il y retourne : la Moselle pour l'instant, c'est non ! "

Rédigé par alapage

Publié dans #Y a quelqu'un qui m'a dit...

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

latata 29/11/2010 14:01


J'ai écouté ses chroniques; je me demande si l'écriture donne aussi le climat dans lequel elles ont été faites. A ajouter à ma liste à lire ...