Morpion circus : San-Antonio

Publié le 5 Janvier 2012

 107-copie-1.jpgMorpion circus n'est pas un roman policier à laisser entre toutes les mains. Pour les personnes prudes, elles pourraient être outrées par le langage grossier utilisé par San Antonio. Pour les fidèles de Frédéric Dard, elles accorderont un crédit sans faille à cet auteur de polars (dit de gare) et lui pardonneront ses écarts de langage.

 Notre commissaire est confronté au meurtre du mari de sa maîtresse qui n'est rien d'autre qu'un agent double de sa Majesté. Les meurtres plombent l'ambiance mais le décor est planté dans un pays paradisiaque: le Maroc. San antonio déplace toute l'équipe de la PJ sous un soleil de plomb. Il croise de jolis brins de fille qui ne le laisse pas de marbre.

 Dans ce livre, Frédéric Dard décrit de manière abrupte les relations sexuelles qu'entretenaient  ce super flic avec ces diverses conquêtes. Ses descriptions s'entremêlent avec la suite de l'enquête qui se déroule de manière rapide et désordonnée. Même San Antonio arrive à perdre les pédales, heureusement Frédéric Dard nous fait régulièrement une piqûre de rappel.

 Cet auteur ne cesse d'interpeller son lecteur. C'est une de ses marques de fabrique. La fin du roman est à la hauteur des polars que l'on déguste le temps d'un voyage en train ou en tramway.

 Frédéric Dard joue avec les mots, la syntaxe avec un style incroyable et unique.

 

 Voici quelques citations tirées du roman :

 

 " Je lui révélai qui j'étais, à savoir un célèbre écrivain français venu dans la localité pour y puiser de la documentation sur Ted Cut, le fameux bourreau du XVIIIe siècle, lequel, je te l'apprends dans la foulée, était originaire d'Eggs-to-the-Cook."

 " Lecteur au rabais (je t'appelle ainsi compte tenu de la modicité flagrante du prix de mes zoeuvres, mais je te conserve en grande estime dans l'armoire de mon amitié), laisse-moi te dépeindre un bon morceau de Mrs Mahouss, cela en vaut la peine."

 " J'ai le tournis. Un écoeurement physique et moral. Tout ce bigntz, tous ces gens cramponnés à un mystère, et qui butent et qui trichent, s'engueulent, se réconcilient pour mieux s'arnaquer tout de suite après. Des tueurs, des viceloques, un monde noir et gonflé comme un énorme nuage d'orage bourré de merde et d'électricité bien féroce, prêt à déclencher des cataclysmes, à semer foudre et terreur. C'était pendant l'honneur d'une profonde nuit."


Rendez-vous sur Hellocoton !

Rédigé par toujoursalapage

Publié dans #p'tit polar entre amis

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article