La raison des sortilèges : Michel Onfray, Jean-Yves Clément

Publié le 21 Mars 2013

 LaRaisonDesSortileges-120x184.jpgJe me suis laissé fredonner à l'oreille une conversation sur la musique en compagnie de Michel Onfray et son ami, Jean-Yves Clément. Le rythme était soutenu et le dialecte de haute teneur. La musicalité emportait sur son chemin tous mes aprioris sur la musique classique, romantique, Italienne, Allemande, etc. Je me laissais absorber par ce bel échange.

 Certes, il m'a fallu reprendre certains cours de philosophie qui avaient déserté mes étagères depuis ma dernière année de lycée.

 J'avais découvert Michel Onfray en lisant certains de ses livres et en écoutant avec attention ses divers entretiens accordés au média. Mais, le fait qu'il accorde un entretien basé sur la musique et la philosophie m'a tenté.

 Jean-Yves Clément pose un certain nombre de questions pertinentes pour percer le mystère qui lie notre philosophe nietzschéen à la musique.

 Michel Onfray retrace son parcours initiatique musical. Il raconte avec délectation ses premières rencontres, sa soif de tout entendre. La mélodie est soutenue et le ton philosophique permet au lecteur d'entrevoir et de comprendre le mécanisme de la pensée musicale mais aussi son rapport au monde. Chaque musique crée une émotion qui débuterait de manière utérine. Les mélodies existent pour ce qu'elles sont et peuvent exister sans donner une explication scientifique ou philosophique.

 Cet auteur s'épanche sur son admiration pour Nietzsche, un philosophe amoureux de musique. Il replace avec délicatesse toutes les périodes et les évolutions musicales en démystifiant la musique. Elle devient abordable pour tous et touche toutes les couches de la population. Michel Onfray offre à tous les publics des exposés et des concerts dans son Université populaire de Caen.

 Le texte de ce livre est poétique et musical. Le lecteur a soit un désir de retourner ou découvrir la philosophie soit d'écouter toute la musique classique. Dans les deux cas, le but de ce livre est d'ouvrir à un plus grand nombre un désir de connaissance. En bref, de construire son "caractère".

 

 Voici quelques citations tirées de ce livre:


"L'esthétique n'est en fait qu'une physiologie appliquée.": Friedrich Nietzsche


"La musique romantique, c'est la nuit et le nocturne, l'amour impossible, le combat avec les dieux, c'est le sentiment, l'émotion, la douleur, la peine, l'angoisse, l'attente, c'est le fantastique, le mystérieux, la nuit de Walpurgis, c'est Faust et Tristan, c'est l'intimité du piano et les grandes orgues de la symphonie, la mélancolie de la mélodie et le fracas de l'opéra, c'est Le Roi des Aulnes et La force du destin...Dans cette vitalité, cette profusion d'être, de sentiment, d'âme, je suis chez moi..."


"Je reviens à cette idée : la musique n'exprime pas, elle est. Il faut se défaire de cette idée que nous pourrions penser l'être du monde en termes de signification, de sens, d'expression. La raison a débordé ce qu'elle pouvait. Il nous faut admettre l'existence de limites à la raison et d'un monde au-delà de ses prétentions et de sa suffisance. La brume sur un champ au petit matin n'exprime rien, l'odeur d'un labour après l'orage n'exprime rien, la clarté de la lune décroissante n'exprime rien, le percement printanier du bourgeon n'exprime rien : la musique est brume matinale et odeur tellurique, clarté lunaire et percement végétal, et des millions d'autres choses encore qui n'expriment rien, mais sont. La vérité de la musique, c'est la confusion de son essence et de son être en dehors de toute autre considération. La matrice de toutes les musiques ? L'écho du big-bang dans le cosmos...Une onde aux variations sans cesse recommencées."

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Rédigé par toujoursalapage

Publié dans #Philo

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article