L'homme du Net (suite)

Publié le 12 Avril 2011

 Lundi matin, un lundi comme les autres. Chacun reprenait le chemin du travail avec une pointe de nostalgie pour ce doux week-end déjà oublié.

 Mathilde était de bonne humeur, le soleil était toujours présent. Une journée, sans encombre, se profilait à l'horizon. Avec son mari, ils avaient décidé de déjeuner, au restaurant, ce midi. Cela faisait bien longtemps qu'ils ne s'étaient pas retrouvés pour un tête à tête durant la semaine. Mathilde s'était faite plus coquette qu'à l'accoutumé. Elle arborait une jolie robe fleurie dans les tons rouge et vert, ce qui lui donnait un air de jeune femme. On pouvait dire que Mathilde était radieuse.

 Un dernier regard dans le miroir et la voilà déjà sur le trajet menant au bureau. Elle chantonnait dans la voiture, souriait aux passants. Sa matinée se déroula avec son lot de tracas administratifs, elle but son café avec ses collègues vers dix heures comme d'habitude. Les discussions défilaient au rythme des minutes qui s'égrenaient. Ils furent interrompus par l'intervention d'un livreur de fleurs qui cherchait une certaine Mathilde. Tous les regards se tournèrent vers elle. Elle prit le bouquet avec un certain étonnement, signa le bon de livraison et chercha une carte. Après une recherche minutieuse et aidée par des collègues avides de connaître l'expéditeur, elle lut ces quelques mots :"Quelques fleurs pour ma reine des roses". Aucune signature ne désignait l'expéditeur.

 Un collègue, roi du calendrier, lui signifia que c'était sa fête. Les autres renchérirent qu'elle avait vraiment de la chance d'avoir un mari qui se souvenait de sa fête. Certaines affirmaient que leurs maris arrivaient fréquemment à oublier leur anniversaire, alors pour les fêtes, elle n'espéraient plus. Elle confirma qu'il n'oubliait pas les dates d'anniversaire, mais, qu'il ne souhaitait jamais les dates affichées sur le calendrier. Elle sourit et annonça à ses collègues qu'elle ne déjeunerait pas avec eux car elle mangerait sur la terrasse du restaurant italien avec son époux.

 Après cette longue pause, chaque employé reprit son poste. Mathilde tenta de contacter Claude mais celui-ci ne décrocha pas.

 Midi sonna enfin, Mathilde jeta un dernier coup d'oeil à ce beau bouquet et courut rejoindre son mari. Celui-ci était déjà attablé et avait commandé leur vin préféré qui servirait pour l'apéro et le repas. Elle l'embrassa et le remercia pour les fleurs. Ce fut à son tour d'être surpris. Il lui affirma qu'il n'avait pas envoyé de fleurs. Mathilde, d'abord étonnée, reprit de la constance et lui indiqua que le livreur avait sans aucun doute du se tromper car dans les bureaux il y avait deux Mathilde. Le livreur n'avait pas précisé le nom de famille et elle avait signé sans relire le bon. Ils rirent de ce quiproquos. Son mari n'était pas du genre à offrir des fleurs avec un mot doux, ils avaient passé l'âge. Ils faisaient partis de ses couples où l'on se dit encore "Chérie, passe-moi le sel" voire en oubliant le "Chérie", tellement ils étaient habitués l'un à l'autre.

 Cette situation n'allait pas ternir ce repas. Mathilde constata juste qu'ils avaient vieilli. Chose que l'on constate à certains moments de sa vie. Dans son for intérieur, n'aurait-elle pas espéré un regain de passion....

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Rédigé par alapage

Publié dans #Once upon a time...

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Paumadou 12/04/2011 11:12


(Maiheux !!!! Tu vas continuer à faire durer le suspens longtemps comme ça ??? Je veux la suite moi !!! >_< )