L'apocalypse des travailleurs : Valter hugo Mãe

Publié le 7 Décembre 2013

 Y a quelqu'un qui m'a dit de lire :


 "l'apocalypse des travailleurs" de Valter Hugo Mãe


 couv-apocalypse.jpgMaria da Graça est une femme de ménage, qui travaille dans diverses maisons. Elle est constamment violée par un de ses patrons et crée une union ambiguë avec cet homme. Mais un drame se produit et modifie le cours de sa vie. Maria a une seule amie, femme de ménage elle aussi, qui tente de donner des couleurs à sa vie malgré la rudesse des épreuves.

 Deux femmes qui ne baissent jamais les bras devant l'adversité.

 un roman sur des destins croisés qui s'entrechoquent, se mêlent pour se donner l'espoir de continuer à exister. La misère est présente : ici palpable et violente et plus loin en Ukraine insoumise et psychologique.

 Chaque protagoniste porte sa misère humaine dans l'espoir d'un monde meilleur, peut-être près de Saint- Pierre s'il leur ouvre les portes du paradis. Cependant Maria, Quitéria, ekaterina, andriy...désirent-ils rejoindre ce paradis?

 

 L'écriture est équilibrée. L'auteur harmonise des solitudes pour peindre la société actuelle. Chaque personnage oeuvre pour un monde plus humain. L'humour froid donne une vision réelle de la vie des travailleurs de l'ombre.

 

 Il est parfois difficile de pénétrer dans un roman pour diverses raisons : il vous ressemble trop et révèle un pan de votre personnalité qui vous chagrine ou parce que votre état d'esprit n'est pas en adéquation avec le sujet traité ou bien encore par ce que le thème colle trop à la réalité.

 L'Apocalyspe des travailleurs englobe plusieurs éléments précités d'où ma difficulté à lire et à émettre un avis sur ce livre. Il m'était difficile de le lire, de l'abandonner sur un coin de table ou de commencer un autre livre. J'étais dans une impasse totale.

 

 Voici quelques citations tirées du roman:

 

 "je mourrai après que la plupart des gens m'auront oubliée. les gens qui restent ici-bas oubliés de tous, tu sais, sont les plus forts. si rien ne les touche, ils restent et ils restent, jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien. quitéria hochait la tête et insistait, un de ces jours le vieux te tuera. écoute ce que je te dis, ma fille, tu es trop jeune pour te laisser persuader que l'amour c'est être violée."

 

"andriy pensait à quitéria et à sa pauvre condition d'employée de maison. puis il se disait que ce n'était qu'une femme de ménage idiote n'ayant aucune conscience de ce que c'était que de lutter pour la vie quand tout ce qui vous restait n'était rien de plus qu'être simplement en vie..."

 

"maria da graça voulait donner mille coups de pied dans le cul de dieu. entrer au paradis et donner mille coups de pied dans le cul de dieu jusqu'à ce que ce cul, aussi grand soit-il, devienne rouge et tuméfié et qu'il lui fasse mal quand il s'assiérait. ce serait une façon de lui apprendre à inventer des peines moins cruelles pour ceux qui n'avaient pas demandé à naître."

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Rédigé par toujoursalapage

Publié dans #Y a quelqu'un qui m'a dit...

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article