Découverte des livres refusés

Publié le 16 Janvier 2019

Découverte des livres refusés

David Foenkinos aborde un sujet qui fâche; celui des livres refusés par les éditeurs qui restent abandonnés dans le rayonnage d'un bibliothécaire fantasque, à Crozon (village perdu en Bretagne). 

 

C'est-on déjà posé la question de savoir combien de livres ne sont jamais apparus aux yeux du grand public? ou est-ce que tous les livres sont bons à être publiés? ou bien encore que deviennent les manuscrits refusés ? Un vaste débat !

 

"Le mystère Henri Pick" raconte l'histoire d'un roman refusé, écrit par un pizzaïolo dont sa veuve ignore même l'existence. Une intrigue se noue et des enquêtes se croisent pour déterminer la vérité sur ce mystère. 

 

Le lecteur découvre un roman dans le roman comme une poupée russe. Il s'interroge sur le pouvoir des médias sur la qualité d'une oeuvre mais aussi sur sa qualité littéraire première. David Foenkinos maitrise l'art de s'interroger sur l'art lui-même. L'écrivain désire être lu, publié et reconnu cependant un éditeur a le devoir de proposer aux lecteurs des romans hétéroclites pouvant intéresser un large public. La sélection fait une part belle au subjectif d'où la nécessité d'avoir un comité de lecture. 

 

Sur fond d'intrigue littéraire, l'auteur dissipe les non-dits sur les répercutions du succès d'un roman. Des manoeuvres plus ou moins honnêtes fomentent dans les familles.

Ce livre pose aussi la question de l'investissement que chaque écrivain apporte à son écriture. L'idée d'utiliser un écrivain dont le roman a été refusé même dans la maison d'édition de sa compagne complète l'argumentation de David Foenkinos.

 

Pour le plaisir de prolonger votre lecture, le film sortira le 6 mars 2019 avec dans les rôles principaux Fabrice Luchini et Camille Cottin. 

 

...Une chose est certaine : l'enthousiasme et la passion de Gourvec pour sa bibliothèque n'ont jamais faibli.Il recevait avec une attention particulière chaque lecteur, s'efforçant d'être à l'écoute pour créer un chemin personnel à travers les livres proposés. Selon lui, la question n'est pas d'aimer ou de ne pas aimer lire, mais plutôt de savoir comment trouver le livre qui vous correspond. Chacun peut aborder la lecture, à condition d'avoir en main un bon roman, celui qui vous plaira, qui vous parlera, et dont on ne pourra pas se défaire. Pour atteindre cet objectif, il avait ainsi développé une méthode qui pouvait presque paraître paranormale : en détaillant l'apparence physique d'un lecteur, il était capable d'en déduire l'auteur qu'il lui fallait.

Les lecteurs se retrouvent toujours d'une manière ou d'une autre dans un livre. Lire est une excitation totale érotique. On cherche inconsciemment ce qui nous parle. Les auteurs peuvent écrire les histoires les plus farfelues ou les plus improbables, il se trouvera toujours des lecteurs pour leur dire : "C'est incroyable, vous avez écrit ma vie !"

- Tu vas lire mon livre, tu crois?
- Je ne pense pas. Sauf si tu le souhaites. Je n'ouvre jamais les livres qu'on dépose. Faut dire que c'est souvent mauvais. Tout le monde se croit écrivain maintenant. Et c'est encore pire depuis le succès de Pick. A les écouter, les gens sont tous des génies incompris. Voilà ce qu'on me dit. Je me farcis tellement de cas sociaux.

Rédigé par toujoursalapage

Publié dans #Foenkinos, #roman, #adaptation

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article