Le rêve de Sam : Florence Cadier (calendar de l'avent 2)

Publié le 7 Décembre 2017

Le rêve de Sam : Florence Cadier (calendar de l'avent 2)

  La ségrégation fait rage dans le sud des Etats-Unis en 1952. Les noirs et les blancs ne s'assoient pas sur les mêmes bancs, les bus sont compartimentés et les quartiers bien délimités: cependant la loi détermine que chacun doit être respecté l'autre. Malgré des règles strictes le Ku Klux Klan menace, frappe, tue des noirs qui auraient fait valoir leur droit.

 

  Les parents de Sam et Josh sont immolés par le feu pour avoir voulu s'inscrire sur les listes électorales. Sam et Josh se rebellent chacun à sa manière. Sam se lie d'amitié et pour ses idées à Martin Luther King tandis que Josh prend le parti de la force avec Malcolm X. Les noirs défient le gouvernement en place pour redonner sa dignité au peuple noir.

 

  Florence Cadier associe des personnages fictifs et des personnages historiques qui ont lutté pour les droits des noirs aux Etats-Unis. Cette aventure permet au lecteur de comprendre les actions véritablement menées par des hommes volontaires. Dans ce récit bref, l'action est vivace et violente. Dans chaque lutte sommeillent des hommes audacieux avec leur peur et avec la certitude d'un combat juste.

  L'écriture fluide et honnête donne à cette histoire sa portée humaine et combative. Une leçon de courage sur la capacité de l'homme à faire valoir son droit d'exister. L'Histoire de la ségrégation n'est pas un chapitre à oublier et cette histoire révèle les premiers combats des deux figures emblématiques de l'émancipation des noirs. 

 

  Très beau récit à faire découvrir aux plus grands nombres et à glisser sous le sapin.

Une loi ne pourra jamais obliger un homme à m'aimer, mais il est important qu'elle lui interdise de me lyncher:" Martin Luther King

Dans chaque maison du quartier noir de Montgomery, la même excitation, le même espoir réjouissaient les âmes jusqu'alors désolées de notre communauté. Ils devaient être fiers de nous, nos ancêtres ! Nous osions dire non.
Et toujours le même nom porteur d'espérance s'infiltrait dans nos conversations : Luther King.

Le lendemain, hagard, j'appelai les policiers de New York, pour faire rapatrier son corps. Ce qu'ils me racontèrent me tétanisa tant sa mort était absurde. Josh, dans un des quartiers noirs da la ville, avait été pris dans une bagarre entre deux gangs opposés. Il rentrait tout simplement chez lui et s'était trouvé là, au mauvais moment.
(...)
Je ne pouvais pas accepter que mon frère fût dans cette boîte, sans vie et, révolté, je refusai de prier avec eux dans cette ambiance sinistre. Je n'avais pas pu lui dire au revoir. J'aurais tant voulu caresser une dernière fois son visage, Je ne supportais pas non plus la peine de mon oncle et de ma tante, Ils erraient entre le salon et leur chambre, comme deux fantômes. Jusqu'au jour de la cérémonie, je m'employai à fuir la maison. Josh devait reposer près de nos parents, à Montgomery.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Rédigé par toujoursalapage

Publié dans #calendar de l'avent

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

latata 07/12/2017 12:39

Intéressant, à lire. J'ai pensé à Rosa Parks qui a aussi œuvré contre la ségrégation justement en décembre. Le roman lui fait une "place" .? ;)