Une fois dans ma vie : Gilles Legardinier

Publié le 1 Décembre 2017

Une fois dans ma vie : Gilles Legardinier

  Vous vous demandez pourquoi je débute ma découverte de cet auteur apprécié des lecteurs par son dernier roman. Je vous répondrais simplement que la première de couverture m'attirait. Vous vous dites sûrement que je suis fatiguée - eh bien, non- je fais aussi partie de ce pourcentage de la population qui se laisse séduire par une belle mise en avant. Je reconnais détenir encore dans ma PAL deux autres romans de cet auteur. (clin d’œil à une amie qui m'a offert : Quelqu'un pour qui trembler et une autre qui m'a prêté : Demain, j'arrête !; promis je les lirai).

 

  Assez parler de mes lectures en suspend et passons au résumé de ce dernier roman et à mon avis qui je l'espère vous permettra de l'ajouter à votre liste du père Noël (oui, j'y crois encore...)

 

  Bienvenue au théâtre, à la fois sur la scène et en coulisses, Gilles Legardinier devient notre guide de lecture! Trois femmes, amies, arpentent la vie avec ses hauts et ses bas. Trois âges différents confrontés à l'amour ou à son ombre s'épanchent sur les petits bonheurs de la vie mais aussi sur ses mauvais côtés. Eugénie, la plus âgée, plongée dans une dépression, fonde sa nouvelle existence sur le choix d'aider ses proches. Juliette, la jeunesse frivole, cherche l'Amour avec un grand A. Et enfin, Céline, entre deux âges, élevant seule son fils, qui s'accroche à un amant marié. En dehors de cette association plutôt loufoque, le lecteur découvre des personnages secondaires encore plus déjantés. (Norbert et son mannequin : J'adore).

 

Mon avis : au départ, j'avoue avoir eu des difficultés à entrer dans l'histoire. Puis au fur et à mesure des pages que je tournais sans vraiment y faire attention, j'avais atteint le point final. Le lecteur s'attache à ses femmes parfois avec plaisir, parfois avec colère (envie de les secouer pour qu'elles agissent). Gilles Legardinier a su allier le théâtre et la vie. Les deux se juxtaposent, s'annulent, se complémentent. Le jeu devient subtil dans la frontière entre le réel et la représentation. L'homme reste constamment dans sa vie en représentation. Il se livre comme ses femmes travaillant en coulisses.

 

Une tranche de vie, une tranche de théâtre !

Sa propre situation n'est pas simple non plus. Bientôt la soixantaine. Quel est le bilan? Elle peut évidemment se prévaloir d'avoir bâti un couple stable. Est-elle plus heureuse pour autant? Se sent-elle comblée? Son sort est-il plus enviable que celui de ses deux complices plus jeunes ? Force est de constater que ce n'est pas le cas. Alors quoi? La malédiction des femmes consiste-t-elle à courir après des amours impossibles? Sont-elles condamnées à n'avoir une chance de les atteindre que lorsqu'elles sont déjà passées à autre chose? Eternellement insatisfaites et frustrées ? Le désir, ce tyran cruel, s'arrangerait-il pour avoir systématiquement un temps d'avance sur la maturité qui permet de l'assouvir?

- Maintenant, l'amour, pour moi, c'est comme ce sourire : je sais le faire, mais il me manque ce qui est supposé lui donner naissance. Je maîtrise le symptôme, mais je suis cruellement privée de ce qui le provoque. A ton âge, on ne réfléchit même pas à ce qu'il faut faire pour avoir l'air lumineuse. On l'est par nature! C'est toute la force de l'innocence. Dans ma situation, on se souvient qu'il faut tirer de chaque côté de la bouche pour que ça y ressemble. On joue le jeu en espérant tenir assez longtemps pour qu'un jour, quelque chose te sauve de ce que tu sais.

Si vous en avez envie, je vous donne rendez-vous l'année prochaine, avec une nouvelle comédie : j'ai encore menti. Je suis certain que ce titre-là vous parle tout autant qu'à moi!
N'ayez peur de rien. Où que vous soyez, quelle que soit l'heure, je vous embrasse. Ceux qui n'aiment pas ne font pas cela. Les huîtres non plus, d'ailleurs.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Rédigé par toujoursalapage

Publié dans #calendar de l'avent

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article