Calendar de l'avent : 3 décembre/ 3ème présent

Publié le 3 Décembre 2016

Calendar de l'avent : 3 décembre/ 3ème présent

Un Noël à New-York d'Anne Perry

 

Qui mieux qu'un auteur sorti de prison, peut tenir en haleine son lecteur dans l'univers du crime. Anne Perry emmène les protagonistes de son histoire dans une période victorienne où les moeurs de la bourgeoisie s'étiolent au fil des pages.

Jemina Pitt, désignée chaperon d'une de ses amies, découvre le nouveau monde. Sa jeune amie, Delphinia Cardew, éperdue d'amour pour un riche héritier, s'unira bientôt dans un mariage fabuleux, idyllique et attendu dans les hautes sphères financières. Une ombre ternit le tableau.

La mère de Delphinia l'a abandonné à l'âge de 15 ans. Le frère du marié s'inquiète d'une future apparition et décide de retrouver cette femme afin d'éviter un drame.

Réussira-t-il, accompagné de la fille du célèbre détective londonien à déjouer l'intrigue?

Cette nouvelle déboule comme une boule de neige dans l'univers new-yorkais. La promenade dans Central Park permet aux détectives en herbe de se frayer un chemin dans les rues enneigées. Imaginez-vous le bruit de la robe en crinoline frottant sur le pavé.

 

Calendar de l'avent : 3 décembre/ 3ème présent

Personne ne parlait de la mère de Phinnie - à croire qu'il s'agissait d'un sujet interdit. Phinnie elle-même était éperdument éprise de Brent et au seuil d'une nouvelle vie, sana que personne ne soit là hormis Jemina pour être à ses côtés. Et pourtant, Celia Albright semblait penser que Maria Cardew avait été une brave femme. Si c'était vrai, pour quelle raison avait-elle abandonné son unique enfant, qui alors n'était encore qu'un bébé et avait désespérément besoin d'elle ? Jemina ne pouvait même pas imaginer la solitude de l'enfant, sa perplexité, sa confusion... Pourquoi une mère ferait-elle une chose pareille ?

La femme qui avait admiré le paysage enneigé avec émerveillement n'avait pas un visage ravagé, ni même amer ou fatigué. Mais Jemina ne l'avait aperçu qu'à une quinzaine de mètres, si bien que de plus près, il aurait pu trahir des signes de faiblesse ou de maladie. Comme le disait sa mère :" A vingt ans, on a le visage que la nature nous a donné ; à cinquante, on a celui qu'on mérite." Le temps forgeait le caractère de telle manière que l'on finissait par devenir celui-ci au premier coup d'oeil. Les habitudes se voyaient, pour le meilleur ou pour le pire.

Jemina jeta un coup d'oeil à Patrick et le vit hocher la tête. La connaissait-il si bien qu'il comprenait ce qu'elle lui demandait sans même le formuler? Elle se rendit compte que la joie de savoir Maria en vie, à laquelle s'ajoutait le soulagement d'être lavée elle-même de tout soupçon, était brusquement assombrie par la perspective de quitter New York après le mariage... si toutefois il avait lieu ! Sans doute ne reverrait-elle plus jamais Patrick, et cette idée lui faisait plus mal qu'elle ne l'aurait imaginé possible.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Rédigé par toujoursalapage

Publié dans #un goût d'Amérique, #calendar de l'avent, #des news

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article