Un amour Impossible : Christine Angot

Publié le 13 Décembre 2015

Un amour Impossible : Christine Angot

Une relation amoureuse vire au cauchemar social.

Rachel tombe amoureuse de Pierre. Tout les oppose. Ils ne viennent pas du même milieu. Elle est pauvre, juive et tellement belle. Il est riche, cultivé et intelligent. De cette union secrète naît Christine. Une enfant espiègle qui voit la vie à travers les yeux de sa mère. Christine fera la connaissance de son père plus tard.

Pierre s'est marié avec une femme de son rang, qui lui donnera deux enfants. Cet homme instruit reconnaît enfin Christine. Celle-ci est subjuguée. Mais l'adoration sera de courte durée. Christine est violée par ce père dominateur et distant. Rachel essaie de sauver sa fille mais le mal est fait. Celui-ci reste collé à son esprit, dans sa chair.

Deux femmes qui s'aiment et se détruisent à cause d'un homme dont elles cherchaient une reconnaissance, une identité.

Christine Angot dévoile son amour pour sa mère par le biais de ce dialogue. Elle revient sur son passé volé et violé. A la troisième personne, elle pose des mots sur son viol. Elle pousse son analyse psychologique jusqu'à remettre en cause sa relation affective avec sa mère. Elle la condamne de son ignorance et de son mutisme. Elle règle son compte au règne des castes qui suturent notre société. Christine Angot ne tombe pas dans le mélodramatique. L'auteur arrive à se désolidariser de son viol paternel et à disséquer son malheur et à lui accorder une existence sociale.

Christine Angot règle avec profondeur et non lourdeur sa descente aux enfers. Ses erreurs commises non réparables transpirent à travers ses conflits et ses révoltes. Elle condamne une mère méprisée et humiliée par un père pervers. Christine a rejoint le clan adverse. Elle déverse sa honte sur sa mère et réalise après un long cheminement que sa mère a toujours su être présente, acceptant avec fatalisme l'abandon de sa fille. Christine comprend dans un long dialogue avec sa mère que la cible trouvée était une erreur et le seul et l'unique fautif de ses relations perverties est son père.

Un roman époustouflant de franchise et d'honnêteté qui fait réfléchir sur les valeurs de la famille et le respect que nous devons lui accorder.

- S'il veut un enfant de toi c'est qu'il voit un avenir avec toi. C'est un type bien, c'est un type intelligent, il sait ce qu'il fait. Il est gentil, c'est pas quelqu'un qui fait n'importe quoi. Il est attentif, il est sensible. C'est pas le genre de type arrogant, alors qu'il pourrait.

La rupture avec mon père n'avait pas été nette. Rien ne lui interdisait d'espérer un revirement. Elle ne supportait pas que soit inscrit "née de père inconnu" sur mon acte de naissance.C'était une mention fausse. Injuste. Elle espérait qu'elle serait corrigée. Qu'il me reconnaîtrait, que ce serait une reconnaissance légale et officielle. Régulièrement, dans ce but, elle lui écrivait. Ses reprises de contact avaient un deuxième objectif, le revoir.

- Pourquoi je le dirais pas? Tu penses que c'est pas vrai? Tu crois qu'il n'y a pas de quoi? Il y avait des choses à faire si tu voulais pas que j'en arrive là. T'as jamais rien fait pour essayer de comprendre ton rôle dans toute cette affaire. Regarde, j'arrive pas à avoir une relation amoureuse correcte. Tu penses qu'on peut s'en sortir en vivant ce que j'ai vécu? Tu le penses vraiment? Tu es consciente que c'est toi qui es centrale dans cette affaire?...Et que tu t'es jamais remise en question toi. Tu comprends pas, tu comprends pas la place exorbitante que tu as dans ma vie, tu comprends pas que tu as envahi ma vie?...Que je peux pas vivre la mienne. Que pour moi tout tourne tellement autour de toi que je n'arrête pas de te chercher. Depuis toujours. D'essayer d'être moi.Eh oui ! T'en es pas consciente hein de ça? Je suis jamais allée vers des gens qui me plaisent à moi. Mais vers des gens qui t'ont plu à toi, ou qui t'auraient plus. J'ai jamais fait autrement qu'en fonction de toi. Et toi t'es là, tu te poses aucune question. Non mais je rêve.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Rédigé par toujoursalapage

Publié dans #Rentrée littéraire septembre 2015

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article