L'ami retrouvé: Fred Uhlman

Publié le 13 Octobre 2015

L'ami retrouvé: Fred Uhlman

Hans Schwarz, un adolescent juif, solitaire arpente les cours du lycée de manière invisible. Un jour, le miracle se produit, un adolescent, noble, Allemand entre dans sa vie. Une amitié profonde et intense lie ces deux écoliers.

Autour de ce microcosme, des enjeux guerriers se tissent. Le nazisme monte et la colère gronde à l'encontre des Juifs.

Les enfants, dans un premier temps restent sourds à la violence mais celle-ci les rattrape. Hans est obligé de fuir aux États-Unis. Conrad rejoint Hitler.

Quelle sera l'issue de cette amitié? S'oublieront-ils? Accorderont-ils une seconde chance à leur amitié ou la guerre aura-t-elle eu raison d'eux?

 

A travers ce roman écrit en anglais, Fred Uhlman revient sur des pans de sa vie qui ont marqué son parcours pictural. Hans ressemble étrangement à son auteur. Fred Uhlman a fui la guerre, ses parents sont morts en déportation et sa sœur se suicidera dans le train qui l'emporte vers les camps. Hans ou Fred fera des études d'avocat et deviendra un artiste reconnu.

 

Dans ce récit, le lecteur retiendra une amitié profonde et sincère. L'écriture limpide et fluide semble aussi douce qu'une rencontre. Les sentiments sont exacerbés. La honte ressentie par Hans lorsqu'il présente son père à son nouvel ami.

 

Certains lecteurs plus jeunes seront peut-être rebutés par des termes allemands ou par des références littéraires ou poétiques.

 

Ce récit se lit rapidement.

La chute est forte, ce qui accentue la puissance de l'amitié qui franchit les barrières de race (tant est qu'elles existent).

Le jeune homme se leva. "Graf von Hohenfels, Conrad, annonça-t-il, né le 19 janvier &ç&- à Burg Hohenfels, Wurtemberg." Puis il se rassit.

Je ne puis guère me rappeler ce que Conrad me dit ce jour-là ni ce que je lui dis. Tout ce que je sais est que, pendant une heure, nous marchâmes de long en large comme deux jeunes amoureux, encore nerveux, encore intimidés, mais je savais en quelque sorte que ce n'était là qu'un commencement et que, dès lors, ma vie ne serait plus morne et vide, mais pleine d'espoir et de richesse pour tous deux.

La politique était l'affaire des adultes et nous avions nos propres problèmes à résoudre. Et celui que nous trouvions le plus urgent était d'apprendre à faire de la vie le meilleur usage possible, indépendamment de découvrir le but de la vie, si tant est qu'elle en eût un, et quelle serait la condition humaine dans cet effrayant et incommensurable cosmos. C'étaient là des questions d'une réelle et éternelle importance, beaucoup plus essentielles pour nous que l'existence de personnages aussi éphémères et ridicules que Hitler et Mussolini.

Je saisis le fascicule et j'étais sur le point de le mettre en pièces lorsque, au dernier moment, je retins ma main. M'armant de courage, tremblant, je l'ouvris à la lettre "H" et lus:
"Von Hohenfels, Conrad, impliqué dans le complot contre Hitler. Exécuté.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Rédigé par toujoursalapage

Publié dans #Psit les d'jeuns!

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article